Les noirs dans l’histoire, Serge BILE et Mathieu MERANVILLE

J’ai découvert cet ouvrage sur un autre blog. Le lien sera en fin de page.

Première remarque le titre de la couverture est différent de celui à l’intérieur de l’ouvrage. Je l’ai lu il y a quelques mois et c’est en compilant ce matin les informations liées à l’édition que je remarque cette différence. Surprenant choix, vient-il de l’éditeur ? des auteurs? Le titre de la couverture est bien plus interpellant dans le climat actuel, une fois tronqué de sa dimension historique. Mais celle-ci est fondamentale puisque l’ouvrage s’attache à expliquer des clichés qui perdurent encore aujourd’hui. Et ces explications passent par l’histoire du colonialisme… Je penche plutôt pour un choix marketing que je trouve personnellement douteux.

Les chapitres sont titrés par clichés, la paresse, le sexe, l’odeur, la bêtise et bien d’autres. C’est extrêmement intéressant mais je reste globalement sur ma faim.

La première raison est surtout lié aux références à la culture américaine du XX ième siècle dont je ne dispose pas. Les exemples ne me parlent pas, les références politiques, au monde du sport ne me permettent pas de faire de lien avec des connaissances dont je dispose déjà. Il me manque un certain nombre de pré-requis d’histoire et de culture américaine pour vraiment prendre la mesure des phénomènes sociétaux qui se jouent là-bas. Cela représente environ cinquante pourcents de l’ouvrage. Par contre toutes celles concernant la France, l’histoire de l’Europe sont plus accessibles, les dérapages politiques, les humoristes ou animateurs télé qui se retrouvent au tribunal. Ces chapitres-là ont plus de sens puisque certaines de ces polémiques ont eu lieu pendant ma vie d’adulte.

L’autre raison est lié au manque de profondeur des chapitres, 10 clichés pour un total de 233 pages. C’est un léger survol. Chaque thème aurait mérité un ouvrage complet. Par contre la bibliographie est indiquée en bas de page. Il y a pléthore de références qui vont permettre d’approfondir le sujet a posteriori. Il faut quasi le lire téléphone à la main ou devant son ordinateur. C’est une façon de lire qui me rend dingue en première lecture.

Il restera dans ma bibliothèque pour les innombrables références. C’est un point de départ intéressant, un survol ultra rapide de questions sociétales qui ont de nombreuses dimensions philosophique, scientifique, sociologique, psychologique, historique…

Le commerce triangulaire a eu un impact très différent entre le vieux continent et le nouveau monde. Même si les faits divers semblent parfois raisonner à l’unisson des deux cotés de l’Atlantique, la réalité est bien plus complexe. L’ouvrage finalement pose bien plus de questions qu’il n’apporte de réponses ou de connaissances.

  • Auteurs : Serge BILE (journaliste) et Mathieu MERANVILLE (Journaliste)
  • Titre : Les noirs dans l’histoire
  • Sous titre : Clichés et préjugés de l’époque coloniale à nos jours
  • 246 pages
  • Éditions Archipel
  • ISBN : 978-2-8098-2314-1

Et le fameux lien qui m’a donné envie de le lire : https://vergiberation.wordpress.com/2019/07/12/livre-les-noirs-cliches-et-prejuges/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s